Notre Web TV constructive !

 

    

 
 TOUTE L’ACTU CONSTRUCTIVE :

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

🔸Texte : La bonne nouvelle de la semaine - L'univers de capture, d'utilisation et de stockage du carbone (CCUS) progresse !
Le nombre de projets planifiés, construits ou exploités dans le monde a bondi de 32%, passant de 300 à 396.
👉[lmc.today/mapping-the-progress-and-potential-of-ca…/](lmc.today/mapping-the-progress-and-potential-of-carbon-capture-use-and-storage/?fbclid=IwAR0o-6l5...)
Pour en savoir plus :
🌐 [lmc.today/capture-dans-reduire-le-co2/](lmc.today/capture-dans-reduire-le-co2/?fbclid=IwAR0RNq-ZOLUYMYUwzHSIoStj0FufEo26wSpoB9cs2DOrKIRSw...)
🔸Image : Photographie d'une usine de capture co2
[#TransitionEcologique](www.facebook.com/hashtag/transitionecologique?__eep__=6&source=feed_text&epa=HASHTAG) [#CCUS](www.facebook.com/hashtag/ccus?__eep__=6&source=feed_text&epa=HASHTAG)
... Voir plusVoir moins

🔸Texte : La bonne nouvelle de la semaine - Lunivers de capture, dutilisation et de stockage du carbone (CCUS) progresse !
Le nombre de projets planifiés, construits ou exploités dans le monde a bondi de 32%, passant de 300 à 396.
👉[https://lmc.today/mapping-the-progress-and-potential-of-ca…/](https://lmc.today/mapping-the-progress-and-potential-of-carbon-capture-use-and-storage/?fbclid=IwAR0o-6l5kGk35LEp63cNP7V8lo6rWpQReEtch2Bbn159pJi3CAjSB9Q14Cc)
Pour en savoir plus :
🌐 [https://lmc.today/capture-dans-reduire-le-co2/](https://lmc.today/capture-dans-reduire-le-co2/?fbclid=IwAR0RNq-ZOLUYMYUwzHSIoStj0FufEo26wSpoB9cs2DOrKIRSwCQgAYiMtns)
🔸Image : Photographie dune usine de capture co2
[#TransitionEcologique](https://www.facebook.com/hashtag/transitionecologique?__eep__=6&source=feed_text&epa=HASHTAG) [#CCUS](https://www.facebook.com/hashtag/ccus?__eep__=6&source=feed_text&epa=HASHTAG)

Trouvé cette réflexion très intéressante sur la santé.

... Voir plusVoir moins

Video image

Commenter sur Facebook 04.06.2020 ...

Sur le fond (fond, fond, fond d'Avignon) il a raison, l'avantage de ce système c'est que le quart de la population n'étant pas assuré, il ne coûte que le prix de son enterrement en fosse commune, comme on peut le voir aux USA qu'il cite en exemple, dont on sait que les Etats-Unis sont un exemple mondial d'accès à la santé. Et donc on fait des économies à tout point de vue : - Si on fait partie de la fraction de la population qui a les moyens de se payer ce système, où les soins coûtent 4x plus cher qu'aujourd'hui, on est parfaitement soigné, à condition de remplir les conditions contractuelles. Si parce qu'on était pas assez riche on a pas couvert le cancer, ben on va éviter d'en développer un. En tout état de cause on rapporte des masses de pognon à l'assurance, c'est très intéressant. - Si on fait partie de la part de population qui n'a pas les moyens de s'assurer, donc chômeuse, alors on crève et il suffit de nous balancer à la fosse commune, ça évite des frais de santé, des coûts de chômage... Honnêtement, ce n'est pas parce qu'un discours de merde est dit doctement que ça le rend intelligent.

Satyavir Colibri
Satyavir Colibri

... Voir plusVoir moins

Commenter sur Facebook 1464948943679832

Très intéressant.

Si l'idée est d'aller vers un futur meilleur pourquoi utiliser le terme innovation plutôt que le terme progrès?

Je dirais que le mot progrès se réfère plus à la science tandis que l'innovation renvoie à la technologie et au milieu de l'entreprise. Cela reste toutefois deux mots très proches, puisque nous sommes dans une configuration systémique qu'on appelle techno-science, qui est la grande invention de la modernité. Toutefois le mot progrès a perdu un peu de valeur au cours du siècle dernier, c'est pour ça qu'on emploie plus volontiers le terme innovation maintenant. Les philosophes ont passé le XXe siècle à critiquer ce concept, à dénoncer le "mythe du progrès", la "religion du progrès", etc. Deux guerres mondiales et quelques autres évènements ont profondément affecté la croyance au progrès. Alors que, par exemple, la seconde guerre mondiale était le fait de mouvances anti-Lumières qui ont germé en Allemagne. Quant à la première, il est vrai que le progrès met à disposition de l'homme des moyens de destructions supérieurs aux moyens de l'artisanat traditionnel. Mais la guerre elle aussi évolue...

André Yves Portnoff, sur le développement et l'innovation : www.youtube.com/watch?v=QvcyQ9eZdN4

Je ne vois pas en quoi la decroissance ou alors une croissance raisonnee , utile a tous, socialement, economiquement et surtout societalement, est incompatible avec l innovation ! L enjeu est de sauver la planete, optimiser la,gestion des,ressources que le capitalisme galopant detruit et ne partage pas ... et le profit est necessaire pour innover, c est son accaparemment et partage qui pose probleme

View more comments

Satyavir Colibri
Satyavir Colibri

FAUX!
« Les énergies renouvelables sont intermittentes et on ne sait pas les stocker, donc elles ne peuvent pas remplacer les énergies fossiles »
Démonstration ci-dessous :
... Voir plusVoir moins

Commenter sur Facebook 212959432212129_1402826029892124

Bon lisez déjà ça ^^

View more comments

FAUX ! : "la transition énergétique et la voiture électrique manqueront de #TerresRares !" ... Voir plusVoir moins

Commenter sur Facebook 212959432212129_1425213950986665

L'ingéniosité humaine nous fera toujours progresser et trouvera des solutions aux problèmes 💪

Pourquoi personne ne parle du thorium pour l'énergie ? Pas cher. A profusion. Non radioactif. Permet d'enlever la radioactivité résiduelle des déchets radioactifs actuel. Peut être utilisé en générateur portatif voire embarqué... autonome... pourquoi ils préfèrent mettre des milliards en epr plutôt que le thorium ?

Alors ça ça claque ! Je sais pas si on peut punaiser un post pour qu'il reste dans le haut du groupe, afin qu'il soit visible quelque temps car la ya des articles superbes. 👍 J'en ai mis quelques uns en favori ils ressortiront souvent. 😁

View more comments

Courant Constructif a mis à jour la photo de couverture du groupe Courant Constructif
Courant Constructif

... Voir plusVoir moins

Ce groupe préconise un modèle de type capitalisme démocratique et croissance verte qui est très réfléchi et mérite d'être connu et étudié.

La croissance est un sujet très polémique, mais rares sont ceux qui prennent le temps de préciser de quoi on parle - ce qui n'aide pas à faire avancer les débats.

L'approche proposée pose donc une question de base : de quelle croissance parle-t-on ici ? Comment la définissez-vous et surtout la mesurez-vous ? Le PIB ? autre ?

merci pour tout éclairage et au plaisir d'échanger
... Voir plusVoir moins

Commenter sur Facebook 212959432212129_1611855588989166

« Ce groupe préconise un modèle de type capitalisme démocratique et croissance verte qui est très réfléchi et mérite d'être connu et étudié. » Merci ! 😊 « La croissance est un sujet très polémique, mais rares sont ceux qui prennent le temps de préciser de quoi on parle » De pognon... LOL « L'approche proposée pose donc une question de base : de quelle croissance parle-t-on ici ? Comment la définissez-vous et surtout la mesurez-vous ? Le PIB ? autre ? » Nous parlons clairement de PIB. En revanche, la notion de PIB devra évoluer dans ses normes. La croissance repose ce sur quoi on la fait reposer. Au 20ème siècle elle a reposé sur l'exploitation de la ressource naturelle et de l'humain, via l'hyperconsommation. Il s'agissait de produire le plus possible de choses de manière à ce que tout le monde ait un travail et donc un salaire. Pas trop chères pour que tout le monde puisse se les payer et donc qu'elles se vendent. Et pas durables pour qu'il faille les refabriquer suffisamment souvent pour que tout le monde ait un travail et donc un salaire pour acheter ces biens suffisamment bon marché pour qu'ils aient les moyens de se les payer et suffisamment peu durables pour qu'il faille les remplacer suffisamment souvent pour que chacun ait un travail et donc un salaire pour pouvoir s'acheter... Ce modèle n'est évidemment pas propulsable au 21ème siècle et les socles de la croissance vont être très différents. Le socle principal reste l'industrie. Pour plusieurs raisons, à commencer par le fait que l'industrie du 21ème siècle va exploiter comme une ressource naturelle l'anthropie du 20ème siècle. Ainsi, la société de consommation va résorber la pollution. Et plus la société de consommation sera avide plus l'industrie sera rentable, plus les investissements seront consentis dans la transition écologique et plus l'environnement se dépolluera vite. Ainsi, la production de l'avenir, c'est du carburant neutre, jusqu'à disparition des moteurs thermiques. C'est du plastique, de la fibre de carbone, du graphène, à base de CO2, de sorte que les robots, les véhicules, les condensateurs appelés à remplacer les batteries, les objets en plastique du quotidien, seront autant de puits de carbone. Mais aussi du reboisement, l'exploitation des arbres issus de ce reboisement pour en faire de nouveaux matériaux de construction. La désextinction de la biodiversité, qui est une source colossale de connaissance de très haute valeur. C'est une production plus qualitative, impliquant moins de transport (donc moins d'employés), mais à plus forte valeur ajoutée, donc plus chère, préservant la valeur. Mais, moins quantiative, il y a moins de salariés. Comme elle est plus automatisée, il y a plus de robots, qui est une nouvelle industrie à très forte valeur ajoutée également. Peu génératrice d'emplois, mais de très bonne qualité. Et ces robots peuvent eux-mêmes être produits à partir de matériaux issus de la capture et la transformation du CO2. Ainsi, non seulement la production, mais également l'outil de production deviennent des puits de carbone. Ou encore de la protéine alimentaire, pour le bétail aussi bien que pour l'humain, de façon à réduire la prégnance de l'agriculture. Si 30% de l'alimentation est d'origine synthétique, Une nourriture qui peut être génétiquement profilée, résolvant le diabète, l'obésité, réduisant Parkinson ou Alzheimer, c'est une élévation de la qualité de vie pour tous. Mais en plus nous avons une agriculture susceptible d'occuper moins de surface. Il y a moins d'élevage industriel qui absorbe aujourd'hui 75% de la production. Et la production est plus biologique, puisque l'agriculture n'a plus à s'inquiéter de la productivité. Même avec une productivité plus basse sur une surface plus faible, elle produit suffisamment de nourriture, de bien meilleure qualité. Toute cette masse de gens libérés de l'emploi par l'automatisation, la réduction des flux, constitue une nouvelle source de création de richesse par l'innovation contenue en son sein qui est aujourd'hui rendue inexploitable par la nécessité de travailler. Et donc cette population qui aujourd'hui gâche bêtement sa vie en emploi en prenant la place d'un robot plus efficient qu'elle, contribuant aux bouchons, à saturer les transports, se rend dynamiquement utile à l'économie, par une interaction spontanée et stimulante visant à influer sur les grandes orientations politiques et économiques. Ainsi, nous avons une économie du "capitalisme cognitif", un terme inventé par Moulier Yann Boutang. Les individus deviennent des pollinisateurs (lire 'L'abeille et l'économiste", Yann Moulier-Boutang). Ils vivent d'un revenu de base reposant sur un concept bien plus abouti que tous ceux que l'on trouve habituellement, qui n'est pas une aide sociale universelle. Complété d'un revenu contributif, issu de leur interaction sociale et économique. Et, éventuellement, d'autres revenus, permis grâce à leurs projets qu'ils auraient pu mettre en place. Pour renforcer cette ressource cognitive du 21ème siècle, la retraite est à 55 ans, redonnant d'un coup des milliers d'heures de travail en fin de carrière, ce qui partage le travail résiduel existant, pour les jeunes. Tout en apportant une force vive dynamique à cette nouvelle couche économique, plus âgée, mais encore forte, dynamique, et expérimentée, plus sage, qui en a sous le pied et se fera une joie de profiter de l'environnement stimulant pour faire enfin sa vie après avoir fait celle d'un autre. Tout ceci, qui n'est qu'un aspect basique des choses, induit une vision systémique d'une économie reposant toujours sur la production, mais en combinant la dépollution. Une industrie du recyclage, du carbone, du plastique, des poubelles qui envahissent le monde. De nouvelles technologies de pointe plus efficientes, ne nécessitant pas ou peu de terres rares mais plus de technologie vers de nouveaux matériaux plus complexes à obtenir et donc à plus forte valeur ajoutée. C'est l'économie de la connaissance. Et donc le PIB devra inclure de nouveaux paramètres, comme par le passé il reposait sur la poterie ou l'agriculture ou la guerre, il devra reposer sur la valorisation de la connaissance, sur la dépollution, le revenu contributif devra être mesuré pour y être intégré.

C'est une société du PLUS (+). Comme seuls les salariés indispensables travaillent, le travail est revalorisé, de meilleures conditions de travail, de meilleurs salaires. Plus d'interactivité et de démocratie, via l'AMI et l'activité qu'il induit. Plus de qualité dans la production, une meilleure nourriture, de meilleurs biens de consommation. Plus de paix, puisque la société est débarrassée de la contrainte du travail pour vivre. Plus d'égalité, avec la misère abolie. La pauvreté existe toujours, mais tout un chacun voit régulièrement des opportunités qui lui conviennent de s'extraire de sa condition s'il le souhaite, ou d'améliorer son quotidien en interagissant avec les autres. Plus de liberté, de lien social, d'activités collaboratives. On voyage plus loin, de plus en plus souvent, plus haut, plus vite, moins cher, plus propre. Donc plus d'interculturalité, plus d'échanges... Plus de confort de vie, on mange mieux, on est bien chauffé, bien connecté au monde, l'habitat est douillet, la vie plus tranquille, plus diversifiée, plus spontanée et pas moins palpitante.

Voir plus